Aspects juridiques de la souscription à une assurance malus

La souscription à une assurance malus est souvent perçue comme une solution de dernier recours pour les conducteurs ayant accumulé des sinistres et des infractions au code de la route. Toutefois, il est important de bien comprendre les aspects juridiques liés à ce type d’assurance avant de s’y engager. Cet article vous éclairera sur ces aspects pour vous aider à faire un choix éclairé.

Qu’est-ce qu’une assurance malus ?

L’assurance malus est une offre destinée aux conducteurs ayant un profil dit « à risque ». En effet, cette catégorie de conducteurs présente un taux de sinistralité plus élevé que la moyenne, ce qui incite les assureurs à leur proposer des contrats spécifiques avec des garanties adaptées et des tarifs plus élevés. Il peut s’agir notamment de personnes ayant eu plusieurs accidents responsables, des infractions graves au code de la route ou encore des résiliations par leur précédent assureur.

Les obligations légales liées à l’assurance auto

Tout d’abord, il convient de rappeler que l’assurance auto est obligatoire en France pour tous les véhicules terrestres à moteur (VTM) circulant sur la voie publique. Cette obligation légale concerne principalement la garantie responsabilité civile, qui permet d’indemniser les dommages causés aux tiers par le véhicule assuré. Ainsi, même en cas de malus, un conducteur doit souscrire à une assurance auto pour être en conformité avec la loi.

A découvrir aussi  A quel CFE s'adresser lors de la création de son entreprise ?

La souscription à une assurance malus : quelles démarches ?

La première étape pour souscrire à une assurance malus consiste à rechercher et comparer les offres des différents assureurs spécialisés dans ce domaine. Il est possible de le faire en ligne ou en contactant directement les compagnies d’assurance. Il est important de comparer les garanties proposées, les franchises, ainsi que les tarifs pour choisir l’offre la mieux adaptée à ses besoins et son budget.

Lors de la souscription, il faudra fournir certaines informations et documents obligatoires tels que :

  • Le relevé d’informations de l’assuré sur les 36 derniers mois (ou 60 mois en cas de résiliation pour sinistre)
  • Le permis de conduire
  • La carte grise du véhicule

Certains assureurs peuvent également demander un relevé intégral du permis de conduire afin d’avoir connaissance des infractions commises par le conducteur et ainsi évaluer le risque encouru.

Les conséquences juridiques d’une résiliation pour malus

Lorsqu’un contrat d’assurance auto est résilié par l’assureur en raison du malus accumulé par le conducteur, celui-ci doit impérativement trouver un nouvel assureur dans les plus brefs délais. En effet, la loi impose un délai maximum de 30 jours à compter de la date de résiliation pour souscrire à une nouvelle assurance auto. Passé ce délai, le conducteur s’expose à des sanctions pénales en cas de contrôle routier.

En outre, il est important de noter que la résiliation pour malus peut avoir des conséquences sur le montant des cotisations du nouvel assureur. En effet, les assureurs sont libres de fixer leurs tarifs et peuvent donc appliquer des surprimes en fonction du profil à risque du conducteur.

A découvrir aussi  La cigarette PUFF et la protection de la santé des personnes souffrant de troubles nerveux

Comment sortir d’une situation de malus ?

Pour sortir d’une situation de malus et retrouver un contrat d’assurance auto classique, il est nécessaire de prouver sa bonne conduite sur une période suffisamment longue (généralement entre 2 et 3 ans). Pendant cette période, il est primordial de ne pas commettre d’infractions graves au code de la route et d’éviter les accidents responsables. De plus, il est possible d’améliorer son profil en suivant un stage de sensibilisation à la sécurité routière ou en optant pour un véhicule moins puissant et moins coûteux en assurance.

En résumé, souscrire à une assurance malus est une démarche encadrée par la loi qui permet aux conducteurs ayant accumulé des sinistres et des infractions au code de la route de continuer à circuler légalement. Il est essentiel de bien comprendre les aspects juridiques liés à ce type d’assurance avant de s’y engager afin de faire un choix éclairé et de respecter les obligations légales en matière d’assurance auto.