Les informations légales indispensables sur les étiquettes à code-barres

Les étiquettes à code-barres sont devenues incontournables dans notre société moderne, où elles facilitent considérablement la gestion des stocks et l’accès aux informations sur les produits. Cependant, leur utilisation est encadrée par des règles juridiques strictes visant à protéger les consommateurs et à garantir une concurrence loyale entre les entreprises. Dans cet article, nous vous présentons un tour d’horizon des principales obligations légales en matière d’étiquetage à code-barres, ainsi que les sanctions encourues en cas de non-conformité.

1. Les mentions obligatoires sur les étiquettes

La réglementation impose que certaines informations soient présentes sur l’étiquetage des produits, afin de permettre aux consommateurs de faire un choix éclairé lors de leur achat. Parmi ces informations figurent :

  • Le nom du produit : il doit être clairement indiqué et ne pas induire le consommateur en erreur quant à la nature du produit.
  • La liste des ingrédients : elle doit être complète et mentionner tous les ingrédients présents dans le produit, par ordre décroissant d’importance pondérale.
  • L’allergène : toute substance susceptible de provoquer une allergie ou une intolérance alimentaire doit être clairement mentionnée.
  • La quantité nette : elle doit être exprimée en poids, en volume ou en nombre de pièces, selon le type de produit.
  • La date limite de consommation : elle doit être précédée des mentions ‘À consommer jusqu’au’ pour les denrées périssables ou ‘À consommer de préférence avant fin’ pour les autres produits.
  • Les conditions particulières de conservation et d’utilisation : elles doivent être mentionnées si elles sont nécessaires pour garantir la qualité du produit.
  • Le nom et l’adresse du fabricant, du conditionneur ou du distributeur : ces informations permettent d’identifier l’entreprise responsable du produit.
  • Le pays d’origine ou le lieu de provenance : cette mention est obligatoire pour certains produits (viandes, fruits et légumes, miel, huile d’olive, etc.).
  • Les instructions d’utilisation : elles doivent être fournies si leur absence peut entraîner un mauvais emploi du produit par le consommateur.
A découvrir aussi  Le licenciement économique et la rupture du contrat de travail

2. Les normes spécifiques aux codes-barres

En plus des informations obligatoires mentionnées ci-dessus, l’étiquetage à code-barres doit également respecter certaines normes spécifiques :

  • L’EAN-13 : il s’agit du format de code-barres le plus couramment utilisé dans le monde. Il comporte 13 chiffres et se compose de quatre parties : le préfixe définissant l’organisation qui attribue les codes (GS1), le code propre à l’entreprise, le code propre au produit et un chiffre de contrôle permettant de vérifier la validité du code.
  • La taille du code-barres : elle doit être adaptée au support et aux dimensions du produit. La hauteur minimale recommandée est de 15 mm et la largeur minimale est de 25 mm.
  • Les marges de silence : elles correspondent à l’espace blanc situé de part et d’autre du code-barres. Elles doivent être suffisamment larges pour garantir une bonne lisibilité du code par les scanners.
  • Le contraste : il doit être suffisant entre les barres du code et leur arrière-plan pour assurer une bonne lecture par les scanners. Il est généralement recommandé d’utiliser des barres noires sur un fond blanc.

3. Les sanctions en cas de non-conformité

L’étiquetage des produits étant soumis à une réglementation stricte, le non-respect des obligations légales peut entraîner des sanctions :

  • L’amende administrative : en France, l’amende maximale pour un défaut d’étiquetage s’élève à 1 500 euros (3 000 euros en cas de récidive).
  • La saisie du produit : en cas de non-conformité grave, les autorités peuvent procéder à la saisie des produits incriminés afin d’éviter leur mise sur le marché.
  • L’interdiction de vente : si l’étiquetage ne respecte pas les normes en vigueur, le produit peut être interdit de vente, avec un retrait immédiat des rayons.
  • La responsabilité civile et pénale : l’entreprise responsable de la non-conformité peut également être poursuivie au civil pour obtenir réparation du préjudice subi par les consommateurs, et au pénal pour tromperie ou mise en danger de la vie d’autrui.
A découvrir aussi  Accident de travail : les obligations de l'employeur en matière de prévention des risques liés à l'utilisation d'outils tranchants

Ainsi, il est essentiel pour les entreprises de veiller à la conformité de leurs étiquettes à code-barres aux obligations légales, afin d’éviter tout risque de sanction et de préserver leur image auprès des consommateurs.